L’agressivité du chat

L’agressivité du chat peut nous sembler imprévisible, et bien souvent la motivation de ce comportement nous échappe. Comme pour le marquage urinaire, de nombreux facteurs peuvent favoriser cette agressivité, tant sur le plan du caractère que du vécu du chat. C’est également une cause assez fréquente de consultation auprès du comportementalisme ; en déterminant la ou les causes de cette agressivité, il pourra y remédier efficacement.

Il existe différents types d’agressions félines 

L’agression dans le jeu : le chat n’a pas d’intention agressive lorsque nous jouons avec lui ; cependant si il manque d’autocontrôle, si il n’a pas appris à jouer sans griffer ou mordre, si il manque d’activité, l’excitation du jeu peut créer rapidement une tension menant à l’agressivité. Il est recommandé de ne pas jouer avec les mains mais d’ utiliser un jouet permettant de garder une certaine distance avec le chat, et de stopper le jeu dès qu’il y a tentative d’agression.

L’agression territoriale : ce type d’agression est rarement dirigée vers l’humain, mais plutôt vers des congénères ou d’autres animaux, c’est une agression de défense du territoire. Le chat évite en général les conflits où il risque d’être sérieusement blessé, mais lorsque que les tentatives d’intimidation ne sont pas suffisantes, l’affrontement direct a lieu ; les bagarres de chats sont très violentes mais très brèves.

L’agression redirigée : dans certaines situations de tension dues à un facteur extérieur inquiétant pour le chat, il peut retourner son agressivité vers une personne en qui il a confiance et dont il connaît les réactions (son maître ou parfois un autre chat ami) afin d’évacuer ce surcroît de tension qu’il ne parvient pas à contrôler.

L’agression de peur brutale : c’est une réaction instinctive, liée à une grande peur, une panique. L’agression est violente, explosive : le chat se sent agressé, sa survie est menacée et il ne peut fuir. Ce type d’agression peut provoquer un grave état d’anxiété chez le chat.

L’agression par irritation : selon son seuil de tolérance et de réactivité, le chat supporte plus ou moins bien certaines situations de contrainte, de frustration, de douleur et peut déclencher une agression. Certains chats apprécient d’être en contact direct avec leur maître, sur leurs genoux, mais ressentent les caresses comme une contrainte. Cette situation est bien souvent source de quiproquos pour le maître qui pense que son chat est en demande de caresses, et ne comprend donc pas la réaction agressive de l’animal.

 

L’agression maternelle : une chatte qui défend ses petits peut agresser un intrus qui pénètre dans la distance de sécurité de la portée, plus particulièrement si la chatte est de nature stressée.

L’agression de harcèlement : ce type d’agression dirigée vers l’humain est souvent liée au manque d’activité du chat et s’apparente alors à une agression de prédation : le chat guette tout ce qui passe à sa portée : pied ou jambe s’il est au sol, main, bras ou tête s’il est en hauteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *